Article de Sierra Howald (showald@laurentienne.ca)

Le jeu Pokémon pour téléphone intelligent a captivé le monde en entier, laissant en arrière les jours où les parents rappelaient à leurs enfants d’arrêter de jouer aux jeux vidéo et de sortir de la maison. Les parents tendront plutôt à se plaindre que leurs enfants ne veulent plus rentrer. C’est l’âge du jeu vidéo à réalité augmentée qui place le joueur dans le vrai monde et stimule la mobilité et l’interaction.  

    

Pokémon Go est un peu comme le Geocache, une chasse au trésor munie d’un GPS. Le téléphone mobile utilise le GPS pour déterminer l’emplacement du joueur et des Pokémon les plus proches pour que celui-ci puisse aller les attraper avec une balle « Pokéball ». Ces balles sont disponibles aux stations « Pokéstop », réparties virtuellement à des lieux spéciaux tels que des bibliothèques, des parcs, des musées, des monuments et des emplacements caractéristiques aux municipalités. Ces Pokéstops sont accessibles à tout joueur à des intervalles de cinq minutes et on peut aussi y obtenir des potions, des amulettes et des œufs de Pokémon. C’est en marchant que le joueur fait éclore les œufs à d’intervalles de 2, 5 ou 10 kilomètres, selon la rareté et le pouvoir du Pokémon dans l’œuf. Le déplacement au-delà de 24 km par heure ne compte pas. Ensuite, un œuf ne peut éclore que si le joueur utilise un incubateur, outil dont le nombre est restreint.

 

Un autre aspect très amusant du jeu est qu’il y a des arènes virtuelles de combat Pokémon où les joueurs s’affrontent en équipe. Les trois équipes du jeu sont Bravoure (rouge), Sagesse (bleu) et Intuition (jaune).

    

Cette année, en plus des nouvelles rénovations sur le campus de la Laurentienne, nous avons six Pokéstops et trois arènes. Il est certain que les étudiants auront de nouveaux endroits favoris entre les cours. Mais il faut se rappeler que le combat en arène n’est pas une bonne excuse pour être en retard, même si on le fait pour Bravoure (Bravoure régnera suprême !).

    

Pour ceux qui jouent, ce serait une bonne idée de planifier vos routes basées sur les Pokéstops. Pour être efficace, l’aventure peut être planifiée du logement à la salle de classe. Même la station d’autobus au centre-ville est un Pokéstop. Ceci pourrait fournir un peu de motivation pour se présenter au cours de 8 h 30. Si l’autobus est lent à cause de la circulation, vous pouvez simplement ouvrir l’application de Pokémon Go pour accumuler du kilométrage pour vos œufs. Ceci réduira l’anxiété d’être en retard. Par contre, tu ne peux pas sortir de l’autobus pour chercher des Pokémons plus intéressants que Rattata, Roucool ou Aspicot.

    

À cause de Pokémon Go, nous pouvons tous revivre notre enfance. Pendant les moments sombres de réalisations que nous sommes des adultes, c’est une évasion vers des moments simples. Un grand nombre d’entre nous ont soit visionné la série télévisée, vu les films ou joué aux jeux vidéo. Les premiers jeux Pokémon étaient les versions Rouge et Vert pour le système de Nintendo Game Boy en 1996. 20 années plus tard, Pokémon captive encore une fois la planète.

 

Leave a Reply