C’est une lutte qui dure depuis 2014. À Standing Rock, Sioux aux États-Unis, des centaines de personnes se réunissent tous les jours pour revendiquer l’installation d’une pipe d’huile mesurant 1886,151 km transportant du gaz du nord au sud de l’état de Dakota ainsi que dans quatre autres états américains. Ceux qui se battent pour la cause se disent les « protecteurs d’eau ».

dsc_0456-1

À Standing Rock, la situation est devenue assez tendue. Près de 400 protecteurs non armés se sont déjà fait arrêter par la police municipale. Plus de 300 communautés autochtones à travers l’Amérique du Nord ont montré leur support en solidarité à la cause. Non seulement aux États-Unis, mais aussi au Canada. Il y a des marches, des manifestations et des évènements qui s’organisent. Hommes, femmes et enfants de tous les âges se réunissent et le résultat en est impressionnant.

dsc_0442

Ici à Sudbury, l’évènement qui a pris place le jeudi 3 novembre a porté impact sur la communauté entière de Sudbury. Non seulement c’était une manifestation politique, mais aussi une célébration culturelle. Près de 400 personnes se sont rencontrées à l’ancienne station de VIA Rail; d’ici ils commencent le trajet vers le pont des nations. Le premier arrêt s’est fait à l’intersection de Van Horn et Paris. Tout le monde s’est tenu la main et a dansé en rond autour des joueurs de tambours traditionnels autochtones. Les participants se sont ensuite dirigés vers le pont. Ce dernier a été fermé au trafic pour l’occasion.

dsc_0421

Bruce McComber, l’organisateur de la marche était très content avec le taux de participation de la part de sa communauté : « C’était pour moi, une beauté incroyable, souligne-t-il, ça signifie que chez nous, les gens se soucient des droits de nos communautés autochtones, ils veulent protéger l’eau et la terre et toutes ces bonnes choses! »

Il est incontestable que cette cause a explosé dans les derniers mois. Des évènements tels que celui de la semaine dernière surgissent de plus en plus dans les journaux. Partout dans plusieurs villes du continent, on entend les cris des protestants : « Water is life! », « l’eau c’est la vie! ». Depuis quelque temps, la cause fait aussi fureur sur les médias sociaux. Facebook, Twitter et Instragram ont été envahis par des photos, des capsules vidéos et des articles accompagnés du mot clic #NoDAPL (No to the Dakota Access Pipeline).

Leave a Reply