Le mois de mars, le mois de la francophonie, un mois d’être fier de qui nous sommes comme francophone et de le célébrer. Vous êtes étudiants de la Laurentienne, ou membre de la communauté francophone, vous avez probablement vu ou attendu de la campagne du Bureau des affaires francophones de l’Université Laurentienne (BAF) ou du Forum étudiant organisé par le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) au début mars. Et maintenant, vous vous questionnez sur la pertinence de ces deux événements.


Le BAF eu ont lancé une campagne pour célébrer le français, une campagne qui a pour but à nous encourager d’aimer et d’apprécier nos accents, notre poésie, nos expressions, notre franglais, nos nuances, etc. La première phase de la campagne a été l’affichage d’affiches qui indiquaient simplement « J’aime ta poésie » et autre message similaire. Ceux-ci ont apparu autour du campus le 14 février. La deuxième phase consistait d’une deuxième série d’affiches qui donnait une explication au divers message « J’aime ». Cette dernière phase a justement été pour souligner le mois de la francophonie; les étudiants et la faculté ont retrouvé ses affiches un peu partout le 1er mars.
Le RÉFO de son côté a organisé encore une fois cette année son Forum étudiant qui a eu lieu à Sudbury à l’École d’architecture McEwen au début du mois de mars. Ce forum au thème « Célébrons nos accents! » soulignait aussi la fierté de notre culture francophone et de nos accents. Dans le cadre de conférenciers, de tables rondes, et de panels d’étudiants, les étudiants ont pu discuter des 150 ans de l’Ontario français, des insécurités linguistiques qui règnent toujours sur nos campus, de la création de l’université de langue française en Ontario, des nos artistes franco-ontariens, mais surtout de nos accents.
Donc, où est la corrélation des événements? Simple. Les francophones ont leur mois pour célébrer leur langue, leur culture, leurs accents. Nous avons aussi d’autres dates pendant l’année, mais ce mois, c’est vraiment notre mois. Les étudiants francophones ou francophiles sur un campus postsecondaire viennent de partout — des quatre coins de la province de l’Ontario, d’autres provinces et territoires du Canada, de l’autre bord de la frontière ou d’outre-mer. La francophonie est riche de divers accents. Puis, il faut apprendre à y célébrer et non à les comparer ou juger.
La campagne du BAF et l’événement du RÉFO ont eu un but commun : sensibiliser la communauté des différences entre francophones. Un Québécois n’a pas le même accent d’un Ontarien, un Ontarien n’a pas le même accent qu’un Acadien ou d’un Fransaksois. Mais, deux Franco-ontariens souche de Sudbury n’ont aussi pas le même accent. Quoi? Même dans une famille dont deux enfants, élevés par les mêmes parents, peuvent avoir des accents différents. C’est ben donc fascinant la langue!
Qu’on soit des francophones, des francophiles, des franco-curieux ou des alliés à la francophonie, nous sommes tous des êtres humains qui d’une manière ou d’une autre s’expriment en français. Que notre accent, notre locution ou nos expressions sont différents, nous sommes en premier des ambassadeurs de la langue. Prenons d’abord le temps de célébrer nos différences lors de ce mois de la francophonie. J’aime votre accent, allons-y la célébrer ensemble!

Leave a Reply