Ce contenu est fourni par le Service de santé publique de Sudbury & District.

Que vous vous trouviez dans votre cour arrière, que vous exploriez des sentiers de la région ou que vous passiez vos vacances ici ou ailleurs en Ontario, les moustiques vous font risquer une infection par le virus du Nil occidental (VNO).

« Bien que le risque global d’infection par le VNO soit faible, des analyses effectuées sur des oiseaux et des moustiques au cours des années antérieures confirment que le virus est présent dans les districts de Sudbury et de Manitoulin, a déclaré Rachel O’Donnell, agente de soutien environnemental au Service de santé publique de Sudbury et du district (SSPSD). « Tout le monde est à risque et il importe de prévenir les piqûres pour vous protéger, vous et votre famille », a-t-elle ajouté.

Deux cas de VNO ont été signalés chez des personnes sur le territoire du SSPSD : un en 2006 et un autre en 2015.

Mesures simples de protection contre les piqûres de moustique :

  • Utilisez un insectifuge approuvé par Santé Canada et suivez les recommandations concernant son application qui figurent sur l’emballage.
  • Autant que possible, demeurez à l’intérieur du crépuscule à l’aube, période où l’activité des moustiques est maximale.
  • À l’extérieur, portez des vêtements clairs, dont un haut à manches longues, un pantalon, des chaussettes et un chapeau.
  • Vérifiez vos moustiquaires de fenêtre et de porte pour vous assurer qu’il n’y a ni déchirures ni orifices par lesquels les moustiques peuvent pénétrer.

 

Les moustiques ont seulement besoin d’un peu d’eau stagnante pour pondre leurs œufs et assurer l’éclosion des larves. Voici les endroits qui peuvent contenir de l’eau et où il faut changer ou retirer celle-ci une fois par semaine pour réduire le nombre d’aires de reproduction pour les moustiques :

  • les bains d’oiseaux,
  • les vieux pneus,
  • les contenants, les barils
  • les soucoupes de pots de fleurs,
  • les toiles de piscine, les pataugeuses,
  • les gouttières obstruées,
  • les caniveaux obstrués,
  • les petits contenants comme les boîtes de conserve ou les bouchons de bouteille,
  • les jouets d’enfants inutilisés.

 

Les symptômes du VNO peuvent aller de mineurs à graves. La plupart des personnes infectées n’en présentent aucun, alors que certaines peuvent en ressentir de légers, y compris de la fièvre, des maux de tête, des courbatures, une légère éruption cutanée et une inflammation des glandes lymphatiques. Dans de très rares cas, l’infection peut toucher le système nerveux central et causer de graves symptômes, dont une forte fièvre, de violents maux de tête, une raideur au cou, une difficulté à avaler, des nausées ou des vomissements, de la confusion, une perte de conscience, une faiblesse musculaire et la paralysie.

 

Encore cette année, le Service de santé publique piégera des moustiques afin d’identifier les différentes espèces qui sont présentes et de découvrir si elles sont porteuses du virus.

Afin d’en savoir plus et d’obtenir des ressources sur le virus du Nil occidental, allez au www.sdhu.com ou composez le 705.522.9200, poste 464 (1.866.522.9200, sans frais).

Leave a Reply