Une infinie d’avenirs possibles

0
296

Il n’existe pas une plus fière Franco-Ontarienne qu’Aurélie Lacassagne. Originaire de Tours, en France, mais habitant le Nord ontarien depuis 2001, elle s’est vite laissée emportée par la culture. Depuis son arrivée à Sudbury, elle s’est taillée une place parmi nous. Véritablement, c’est la preuve que la franco-ontariennité est un trait que l’on peut acquérir. Avec son nouvel ouvrage, Perspectives créoles sur la culture et l’identité franco-ontariennes : Essai sur une prise de parole, Dre Lacassagne utilise son oeil de politologue et d’amatrice des arts pour décortiquer ce qui fait d’un Franco-Ontarien un Franco-Ontarien.

En partie travail politique, reposant sur les théories de la créolisation, les identités rhizomiques et de la littérature mineure, en partie analyse culturelle, caractérisée par l’examen approfondi des textes du patrimoine franco-ontarien et de l’évolution de ses institutions culturelles, et en partie autobiographie, où Dre Lacassagne explique son parcours de vie et l’influence dont a eu la culture franco-ontarienne sur celui-ci, c’est un ouvrage qui cherche autant à brasser la cage que son auteure.

Les concepts théoriques peuvent parfois sembler lourds sur le coup, mais ils sont expliqués de façon claire, précise et humaine. C’est une analyse que l’on voit rarement appliquée au contexte franco-ontarien et elle va certainement, du moins espérons, mener à de nouvelles discussions sur l’identité franco-ontarienne.

Avec son analyse du contexte franco-ontarien, Dre Lacassagne réussit à tisser des liens entre sa communauté et plusieurs mouvements et cultures partout dans le monde. Elle cherche à pousser l’imaginaire franco-ontarien, à nous défaire de notre complexe d’infériorité qui date de l’époque du Rapport Durham et à embrasser ses particularités et ses couleurs qui nous rendent uniques. Avec une bonne dose d’optimisme, peut-être plus qui est mérité dans notre cas compte tenu les réalités politiques actuelles, l’auteure affirme que l’avenir de la communauté repose dans une plus grande ouverture sur le monde et que la communauté n’est pas aussi seule qu’elle le pense.

« Faut que ça bouge, faut que ça crie, faut que ça jaillisse comme une coulée de slague, […] devenez des étoiles qui scintilleront bien haut dans le ciel, qui éclaireront enfin un avenir qui ne peut devenir possible qu’en fuckant avec la poésie. »

– Aurélie Lacassagne, Perspectives créoles, p. 164

L’ouvrage se termine avec une postface de « Mon’onc » Jean Marc Dalpé qui peut être résumée par la phrase « ARMEZ THE FUCK VOUS!!! » D’ailleurs, c’est un excellent résumé de l’ouvrage en son entier. Les membres de la communauté doivent s’armer, non pas avec des épées ou des arbalètes, mais avec la poésie, la musique et le théâtre. Consommer et comprendre la culture franco-ontarienne est la meilleure façon pour non seulement se protéger du rouleau compresseur de l’assimilation, mais aussi pour s’épanouir et prendre la place que l’on mérite.

Dre Aurélie Lacassagne en discussion avec Thierry Bissonnette par rapport à l’ouvrage lors de son lancement à la Speakeasy, le 30 septembre 2017. Photo : Le Salon du livre du Grand Sudbury

Autant une analyse théorique de la culture qu’un manifeste pour un nouveau discours identitaire, la prise de parole d’Aurélie Lacassagne est assez pour transformer n’importe quel lecteur en un ardent guerrier pour sa culture et sa communauté. Elle nous donne l’espoir qu’à l’extérieur de notre étang, se retrouve une infinie d’avenirs possibles.

Perspectives créoles sur la culture et l’identité franco-ontariennes : Essai sur une prise de parole est publié chez les Éditions Prise de parole. Consultez son site web pour savoir où vous en procurer une copie.

Leave a Reply