Dans un bouquin couleur cayenne

0
217

Sous un ciel couleur grisâtre, alors que la pluie et le vent froid martèlent la fenêtre, j’ai commencé la lecture d’un tout petit bouquin que je venais de recevoir par la poste. Bien qu’il ait été un peu magané en transit, Sous un ciel couleur cayenne n’a aucunement perdu sa capacité de faire réagir et réfléchir. Avec son nouveau recueil, Patrice Desbiens nous rappelle pourquoi il est un des plus grands poètes de la communauté franco-ontarienne.

Le recueil tel quel n’est pas tellement long, environ une soixantaine de pages, et ses poèmes sont assez courts, mais ce que maintes autres poètes auraient pris des pages et des pages à expliquer, Desbiens illustre succinctement et tout aussi puissamment. Ses vers tronqués obligent toujours le lecteur à briser son rythme et à évaluer chaque mot, chaque syllabe. Tous les poèmes donnent l’impression d’avoir été composés avec soin et précision.

C’est une poésie qui est accessible, qui se fie à peindre en tableau les plus petits instants de nos vies. Quelque part, on peut tous se voir dans ses vers. C’est probablement la plus grande force de Desbiens dans cet ouvrage, de faire plonger ses lecteurs dans leurs pensées, dans leur quotidien, avec aussi peu de mots. Mais il y a toujours un second degré à sa poésie, quelque chose qu’on ne remarque pas immédiatement et qui nous saute en pleine face une fois qu’on le repasse. Tu peux passer un après-midi au complet à décortiquer un seul poème.

POÈME PATRIOTIQUE

L’idée d’un poète
cherche
l’idée d’un poème
en traversant
l’idée d’un pays.

Pour des nouveaux lecteurs qui veulent tenter une aventure poétique, c’est un recueil qui viendra chercher et susciter un désir de poursuivre son exploration poétique. Pour ceux qui sont déjà en amour avec la poésie de Desbiens, c’est une nouvelle occasion de se laisser entrer dans son monde. En gros, c’est une lecture qui est parfaite pour des nouvellement initiés à la poésie autant que pour ses fans finis.

Sous un ciel couleur cayenne est paru le mois dernier chez les Éditions Prise de parole. Il est disponible en ligne et en magasin chez les libraires francophones.

SHARE
Article précédentEt maintenant?
Prochain article« F**king Carl » au TNO : Deux perspectives
Alex Tétreault
Alex en 10 mots : Adulte en herbe, Poutine, Théâtre, Féminazi radical de gauche, Patate, Chats, Harry Potter, Théâtre, Burritos, Politique.

Leave a Reply