Il nous faut plus de jeunes (artistes) en politique

0
260

S’il y a quelque chose qui m’a marqué lors de mes études, c’était sans doute le Parlement simulé annuel. À tous les ans, une centaine de jeunes passionnés débarquent dans la Chambre des communes et font de la politique. Oui, c’est en partie ridicule, mais les participants ont des réelles discussions sur des sujets importants, des débats qu’on n’a pas en salle de classe. J’en sort toujours avec la même conclusion : il nous faut plus de jeunes en politique. Non seulement comme électeurs, mais comme candidats.

J’entends déjà les critiques. On va dire que la jeunesse est apathique, qu’elle est égoïste, trop obsédée par ses bébelles informatiques et qu’elle ne fait que se regarder le nombril. Bullshit. Des généralisations majeures par rapport à un groupe d’âge ne font que démontrer les préjugés et l’ignorance de ceux qui détiennent ces propos. De mon expérience, les jeunes sont engagés à leur manière, veulent améliorer leur communauté et la société et sont bien loin d’être apathiques. Pourtant, ils s’en sacrent royalement quant il vient aux élections, ce qui est dommage parce que c’est justement à ce temps-là dont nous les avons de besoin le plus.

L’apathie électorale démontrée chez les jeunes pourrait être liée au manque de formation par rapport à notre système politique. Les demi-cours de citoyenneté, ne durant qu’une moitié de semestre en 10e année, ne sont pas suffisants. C’est également la responsabilité de nos élus. Les jeunes ont toujours l’impression que la politique et les partis politiques sont un old boys club, dominés par une classe politique aisée qui ne se soucie aucunement d’eux et qui n’a pas intérêt à ce que les jeunes soient mieux formés en politique. En ajoutant les coûts associés aux mises en candidature et la mise sur pied d’une campagne, le tout semble encore moins à portée de main.

Quelque chose qu’on entend souvent c’est que les jeunes manquent de l’expérience de vie. À part du fait que c’est paternaliste en saudit comme attitude, les têtes grises, elles, par la simple vertu d’avoir vécu plus longtemps que les jeunes sont-elles source de la science infuse? Est-ce que siéger dans la législature est un privilège réservé aux vieux? Bien sûr que non. Les jeunes font preuve d’idées novatrices et d’audace, et sont beaucoup moins aptes à tomber dans la partisanerie. Pour eux, ce sont les idées qui sont importantes. Tant qu’à y être, je ne comprends pas pourquoi tellement de gens sont si réticents à l’idée d’élire des artistes. Être un artiste ou être jeune ne veut pas dire que tu ne possèdes pas les compétences ou les capacités nécessaires pour occuper un poste. Le gouvernement c’est pas juste pour des avocats et des comptables rendus à l’âge d’or! Les artistes comprennent mieux la société et l’humanité, ils sont capables d’empathie, de voir le côté humain des choses, et ce par la simple vertu de leur métier. Il me semble que c’est quelque chose qu’il nous manque terriblement ces temps-ci. Donne-moi Doug Ford et Ellen Page comme options et mon choix va se faire assez rapidement! La politique et l’économie ça s’apprend, l’empathie moins.

En plus de rendre le processus plus accessible, une augmentation de la place de la sensibilisation politique dans les curriculums ainsi qu’une réduction de l’âge du vote irait loin à encourager la participation des jeunes. On ne peut continuer à les aliéner du système. J’ai été assez chanceux d’avoir une enseignante de citoyenneté engagée, passionnée qui a su me transmettre le sens de devoir de participation dans la politique, mais ce n’est pas tous les jeunes qui ont ma chance. Participer activement dans le processus électoral est non seulement une responsabilité des jeunes citoyens, mais ça devrait aussi être essentiel.

Trois élections importantes, dans les trois paliers de gouvernement, auront lieu dans la prochaine année et demie. Les jeunes devront se faire une place aux urnes et sur les bulletins de vote. Même si vous pensez que vous n’avez aucune chance comme candidat, présentez-vous. Faites des vagues et démontrez que la jeunesse n’est pas apathique et qu’on devrait se méfier de nous. Lorsque la jeunesse vote, on appuie des politiques plus empathiques, on renverse des gouvernements. Mais ce n’est plus assez. Nous devons siéger dans nos législatures. On peut participer de toutes les façons que l’on veut, mais sans une présence au sein de nos gouvernements, on aboutira à rien et on continuera de nous infantiliser.

SHARE
Article précédentOn va-tu finir par avoir un vrai débat?
Prochain articleTrente ans de bramements
Alex Tétreault
Alex en 10 mots : Adulte en herbe, Poutine, Théâtre, Féminazi radical de gauche, Patate, Chats, Harry Potter, Théâtre, Burritos, Politique.

Leave a Reply