Une image contenant personne, intérieur, debout, homme

Description générée automatiquement

Debout ! Nous sommes, nous serons ! La communauté de Sudbury a crié haut et fort lors de la criée du Manifeste franco-ontarien au Collège Boréal le 30 mars. C’était le dernier arrêt d’une tournée provinciale de 7 municipalités ontariennes, y compris Toronto, Hawkesbury, Ottawa, Hamilton, Barrie et North Bay. Cet événement est le prochain chapitre du projet de la « résistance » franco-ontarienne créée pour dénoncer les coupes en francophonie par le gouvernement Ford, c’est-à-dire du Commissariat aux services en français et de l’Université de l’Ontario français en novembre dernier. Selon Johanne Gervais, présidente de l’ACFO du Grand Sudbury, « c’est vraiment important d’accueillir cette activité parce qu’elle nous permet de faire valoir nos préoccupations à l’endroit des coupes du gouvernement provincial ».

Après les trois coups de la cloche, le crieur Daniel Richer dit La Flèche a crié haut et fort le Manifeste franco-ontarien. Il était accompagné de Carol Jolin, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), et de représentants de la communauté francophone de Sudbury. Le Manifeste bilingue interpelle directement M. Ford : « Nous avons été abandonnés » y est-il écrit.

Depuis toujours, les francophones de l’Ontario militent, résistent et revendiquent leurs droits. Entre le Règlement 17, la crise scolaire de Penetanguishene et celle de Sturgeon Falls, l’hôpital Monfort et la toute récente crise politico-linguistique en novembre dernier, c’est dans notre sang de se dresser et de se récrier contre les injustices que l’on vit. « Détrompez-vous ! En Ontario français, il n’y a qu’une histoire, il n’y a qu’une légende, il n’y a qu’une vérité, et elle a pour nom : ‘résistance’ » sont les paroles qui closent le Manifeste. Vive la résistance !

La vidéo de la criée du Manifeste franco-ontarien de Sudbury ainsi que celles des autres arrêts de la tournée sont disponibles sur la page Facebook de l’AFO.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO)

L’AFO a vu le jour en 1910 pour lutter contre le Règlement 17 qui interdisait l’enseignement en français en Ontario. De nos jours, à titre de voix politique de la francophonie, l’AFO continue de lutter pour les droits des 744 000 Franco-ontariens et Franco-ontariennes. Plus précisément, cet organisme s’engage dans 7 dossiers, à savoir celui de la santé, de l’éducation, de l’employabilité, des communications, de l’immigration, des droits linguistiques et des arts et la culture. Pour plus d’information, visitez le www.monassemblee.ca.

Leave a Reply